Carpe Diem

Carpe Diem

Il n’y a pas de « si tu pouvais » qui compte pour moi. Je le peux et je le choisis chaque jour. Je ne fais pas toujours de choses exceptionnelles qui transporteraient n’importe quel lecteur, cependant je m’attelle à vivre chaque jour en pleine conscience.
La pleine conscience est une pratique, un art diront certains. Aucun jour ne se ressemble vraiment. Chaque souffle, chaque respiration, constitue en lui-même un renouveau, une renaissance, un appel à la vie.
Gary Douglas, le fondateur d’Access Consciousness® [philosophie de vie en conscience intégrant des pratiques énergétiques], dit toujours : « Si aujourd’hui n’est pas mon meilleur jour, alors autant que je me tire une balle ! »… Violent, n’est-ce pas ? Et si vrai… En tout cas, une fois passée la surprise de ces propos, c’est devenu vraiment léger pour moi. Aujourd’hui est le meilleur jour de ma vie car c’est le seul que je vis.

Aujourd’hui j’ai quelques rendez-vous programmés. En pleine conscience, je questionne ce qui est requis, y compris, pour savoir si c’est une contribution de maintenir ces rendez-vous. Je questionne aussi ce qui est requis pour mon bien-être, pour mon corps, pour la maison dans laquelle je vis. Je questionne est-ce le moment de nourrir ce projet, de créer des supports de communication, d’écrire, de sortir, de prendre contact avec untel ?… Je questionne et je laisse l’énergie me guider !

Evidemment, en tant que maman et épouse, je suis aussi confrontée aux envies et besoins des autres. Parfois cela créent des conflits en moi, je peux entrer en résistance par rapport à un événement si j’ai l’impression que je suis obligée. Ces derniers temps, quand je me laisse croire que je n’ai pas le choix, une sorte de colère monte en moi et me hérissent. Je peux alors devenir piquante et intense. Est-ce la responsabilité des autres ? Bien sûr que non ! Cela arrive quand j’oublie que j’ai toujours le choix ! Car oui, j’ai toujours le choix de mes réactions. Quand ça m’arrive c’est que j’ai laissé faire, sans questionner, sans observer ce que ça crée en moi, sans en parler non plus… Je deviens alors une sorte de marionnette, ce qui est totalement insupportable pour moi ! Avant je ne m’en rendais pas vraiment compte. Je pesais le pour et le contre et comme je préférais éviter les conflits, je me conformais quasiment tout le temps à ce qui était demandé, sans faire des vagues, sans protester, finissant par me convaincre moi-même que c’était ce qu’il y avait de mieux à faire pour tous. Je ne comprends que maintenant qu’il s’agissait d’une forme d’abus. Qu’en laissant faire ainsi, je me coupais chaque fois d’une part de moi. Au point de me perdre totalement. Mais ce sera l’objet d’un autre écrit.
La pleine conscience et la pleine présence sont vraiment deux piliers pour revenir à soi, reprendre sa place en soi et créer sa réalité positive !

Il y a encore quelques mois, je pratiquais la pleine conscience principalement dans l’observation de moi-même, de mes réactions, de mes pensées, de mes émotions, pendant la vie ou pendant les méditations. Je n’intégrais pas encore ce questionnement. Aujourd’hui il me paraît tellement essentiel ! Au point que je me demande parfois pourquoi il m’a fallu autant de temps pour l’intégrer.
Or je sais que chaque pas sur le chemin de la conscience a son importance. Mon chemin est différent de ton chemin. Mon rythme est différent de ton rythme. Aucun chemin et aucun rythme ne vaut mieux qu’un autre. J’apprends, je pratique, ma conscience grandit, tout comme l’aisance et la joie dans ma vie.

Profitons de ce jour en mode Carpe Diem, cueillons le jour présent comme le cadeau qu’il est, peu importe l’emballage utilisé… Et Dieu sait que parfois cet emballage est vraiment moche, horrible, à nous désespérer ou nous rendre dingues ! Il nous faut alors déballer en conscience pli après pli, voile après voile, pas après pas, pour accueillir ce qui est et prendre conscience du véritable cadeau, parfois des mois ou des années après.
En conscience, toujours continuer et se faire confiance car tout est juste d’une certaine façon et sans fatalité. Aujourd’hui j’ai le choix. Aujourd’hui je choisis d’écrire sans corriger ce texte. Aujourd’hui je choisis de le publier sans me demander comment il sera perçu. Aujourd’hui je me montre au monde, car il y a quelques temps j’ai choisi de prendre ma place, d’oser montrer qui je suis vraiment, de sortir de ma zone de confort et aujourd’hui est une nouvelle occasion d’être en congruence avec ce choix, de nourrir ce choix, de renforcer ce choix et d’ouvrir un nouveau champ des possibles à explorer !

Carpe Diem
Amandine
Facilitatrice de conscience et de Réalité Positive

Pin It on Pinterest

Tu es mon meilleur réseau social

Tu as aimé cet article ? Parles-en autour de toi.